Contretemps

Installation interactive, 2004-2010
Samuel Bianchini

Développement informatique “image” : Emmanuel Méhois
Développement du dispositif tactile : Gilles Bollaert et Jérôme Grellier,
École européenne supérieure de l’image (EESI), Angoulême et Poitiers, France
Avec la participation de Reynaud Olry
Production : Dispothèque
Remerciements : Jean-Jacques Gay

 

 


Pour télécharger l'image ci-dessus en haute définition (Tiff), cliquer ici


Pour télécharger l'image ci-dessus en haute définition (Tiff), cliquer ici


Pour télécharger l'image ci-dessus en haute définition (Tiff), cliquer ici


Pour télécharger l'image ci-dessus en haute définition (Tiff), cliquer ici

Contretemps, Samuel Bianchini, 2004-2010
Exposition Maintenance, Galerie de l'École européenne supérieure de l'image, Poitiers, mai 2010.
Photographies : © Samuel Bianchini - ADAGP

 

 


Contretemps est une installation interactive. Sur un grand écran tactile en verre intégré dans le mur, est présenté un film en “Ascii Art,” c’est-à-dire reproduit à l’aide de caractères typographiques: le “pipe” (“|”), un tiret vertical, et le “point” (“.”). La silhouette d’un homme est figurée à échelle 1. Ce dernier fait face à un mur sur lequel il trace des petits traits, comme un prisonnier qui décompte les jours. Tous deux composés avec le signe “|”, les traits et le personnage se confondent au fur et à mesure que ce dernier accumule les “|”, au point où l’écran, rempli de signes, ne laisse plus apparaître qu’un “aplat” de signes, un gris typographique.
Chacun des signes est un lien hypertexte; en désignant sur l’écran l’un de ces signes, le spectateur avance ou remonte dans le temps du film. Un signe tracé en haut nous mène au début du film, alors qu’un autre signe en bas nous dirige vers la fin du film. En parcourant l’image, ligne après ligne, signe après signe, on anime celle-ci suivant nos gestes à l’écran.
Jouant ainsi de l’animation, dans un sens puis dans l’autre, pointant les mêmes signes que le protagoniste à l’écran, on se retrouve dans une situation parallèle, voire convergente avec ce dernier. Un changement de degré est possible; la situation du spectateur est de plus en plus analogue à celle du personnage, particulièrement lorsque l’image, devenant progressivement un simple aplat de signes, n’offre plus ni profondeur, ni sujet, mais seulement un mur aveugle. De la troisième personne, “il,” à la première, “je,” les positions ne sont pas arrêtées, mais sont plutôt intermédiaires et variables, à expérimenter.


 

 

Contretemps, Samuel Bianchini, 2004-2010
Exposition Maintenance, Galerie de l'École européenne supérieure de l'image, Poitiers, mai 2010.
Vidéo - 51s - Haut débit recommandé
​Images et montage : © Samuel Bianchini - ADAGP

 


Pour télécharger l'image ci-dessus en haute définition (Tiff), cliquer ici


Pour télécharger l'image ci-dessus en haute définition (Tiff), cliquer ici


Pour télécharger l'image ci-dessus en haute définition (Tiff), cliquer ici


Pour télécharger l'image ci-dessus en haute définition (Tiff), cliquer ici