À Distances

Installation in situ interactive, 2011
Samuel Bianchini

Développement multimédia : Oussama Mubarak
Captation et conseil technique : Cyrille Henry
Fabrication de la structure métallique : Michel Delarasse
Écran à leds : Adaptive Micro System Europe
Remerciements : Jean-Claude Kastelik, Laurent Debraux
Avec le soutien de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, France ; de l’Atelier Arts-Sciences, CEA Grenoble et Hexagone Scène nationale de Meylan, France ; de la Fondation de France dans le cadre de l’action Nouveaux commanditaires, médiation Mari Linnman, 3-CA ; de la Maison du geste et de l’image (MGI), Paris ; et de l’association Dispothèque

 

 


Pour télécharger l'image ci-dessus en haute définition (Tiff), cliquer ici

À Distances, Samuel Bianchini, 2011
Experimenta, exposition collective dans le cadre des Rencontres i, Biennale Arts-Sciences, Minatec, Commissariat à l’énergie atomique (CEA), Grenoble, France, octobre 2011.
Photographies : © Samuel Bianchini - ADAGP

 


Pour télécharger l'image ci-dessus en haute définition (Tiff), cliquer ici

À Distances, Samuel Bianchini, 2011
Maison du geste et de l'image, Paris, décembre 2012.
Photographies : © Samuel Bianchini - ADAGP

 

 


Un monolithe de métal noir de deux mètres de hauteur contient, dans sa partie supérieure, un écran à leds d’un mètre carré. Son affichage varie suivant les activités du public qui y fait face. Noir, éteint, sans personne devant, il s’illumine lorsqu’une présence croise son champ. Tant que le public se tient à distance, le monolithe affiche des images: des portraits photographiques, prélevés sur internet, des principales et plus récentes actualités. Réagissant au moindre mouvement d’approche, l’écran fait varier la netteté de ces images selon la distance à laquelle on les regarde. À mesure que le public s’en approche, l’image devient floue pour n’être plus qu’un aplat de lumière lorsqu’un spectateur se trouve à moins de 50 cm. Seul subsiste, en bas de l’écran, l’affichage constant de quelques chiffres qui donnent dynamiquement, mais sans unité, la mesure de la distance à laquelle se trouve le spectateur le plus proche. Passant de l’image à la lumière, la relation entre le public et l’écran évolue progressivement. Une fois passé le temps de la reconnaissance de l’image, le jeu des variations nous pousse à nous rapprocher de l’écran. Notre silhouette apparaît ainsi dans le champ de l’écran, prenant la place de la représentation en nous exposant, voire nous surexposant, au regard des autres et de l’image. Au flot incessant de l’actualité des images en temps réel répond l’espace de distances physiques, dont la variation – recul et avancée – figure une étrange chorégraphie, avec la boîte noire qui façonne notre réalité au quotidien : l’ordinateur.


 

 


Pour télécharger l'image ci-dessus en haute définition (Tiff), cliquer ici


Pour télécharger l'image ci-dessus en haute définition (Tiff), cliquer ici


Pour télécharger l'image ci-dessus en haute définition (Tiff), cliquer ici

 
     
 
     
 
     
 
     
 

Pour télécharger la série d'images ci-dessus en haute définition (Tiff), cliquer ici

À Distances, Samuel Bianchini, 2011
Maison du geste et de l'image, Paris, décembre 2012.
Photographies : © Samuel Bianchini - ADAGP